Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Le club

Retour
Mon hiver en Australie par Kilian Foulon

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Mon hiver en Australie par Kilian Foulon

Kilian Foulon passe actuellement son automne et son hiver en Australie.

Quelques nouvelles ...

 

Pourquoi 5 mois à Penrith ? 

Ce bassin, qui a accueilli les JO de 2000 est un des meilleurs bassins du Monde. C’est une rivière artificielle qui ne colle pas avec mon style de navigation et qui me pousse en permanence en dehors de ma zone de confort. Tous les types de vagues sont représentées, avec une forte concentration de rouleaux en fin de parcours. 

Le complexe est installé sur les rives d’un lac, idéal pour faire des kilomètres sur le plat ;) 

Et bien sûr, ici c’est l’été ! Donc on peut faire de l’eau vive sans craindre le froid. Penrith est également au pied des montagnes, avec de très nombreuses randonnées, au milieu d’une faune et d’une flore totalement différentes de ce que l’on trouve en Europe. 

 

Pourquoi tout seul ? 

Sous entendu : Seul français. 

J’habite à 10 minutes du bassin, avec le Nº1 australien en C1 (Ian Borrow, 11ème aux JO de Rio en 2016) et sa soeur (Ali Borrow, Championne du monde C1D par équipe à Londres 2015). Je ne les connaissais que très peu avant de partir. J’ai également de nombreux collègues, et quelques partenaires d’entrainements. 

Le but est là : Rencontrer de nouvelles personnes, avec différentes visions, dans une langue que je maitrisais assez mal à mon départ. (Je parlais de zone de confort il y a pas longtemps ? Et bien là je suis en plein PAS dedans !) Bien sûr mon anglais n’a pas d’autre solution que de progresser, mais c’est surtout la confiance que j’ai en moi-même qui évolue. 

 

Pourquoi maintenant ? 

Cela fait déjà 2 saisons que je suis en Sénior (Statut officiel auprès du ministère des sports - les équipes de France) et que je ne parviens pas m’imposer parmi les leaders. J’ai plusieurs belles courses à mon actif, mais rien de significatif (disons rien qui peut me satisfaire pour le moment). 

Mon fonctionnement avec le pôle Elite de Pau depuis 3 ans est confortable mais ne me fait pas progresser (j’ai parlé de « confort » ??) . J’ai besoin de changement. C’est parti … 

 

Et en pratique ?

Le plus important, il fallait que je puisse m’assurer financièrement pour ce changement. Personne ne peut prendre 5 mois de vacances pour s’entrainer au soleil. Après avoir travaillé pour le stade d’eaux vives de Pau pendant quelques mois cet été, puis enchainé sur les Championnats du monde en tant que Coach pour le programme de développement de la Fédération Internationale, j’avais un peu de marges pour préparer mon voyage convenablement. Il me restait encore à gérer mes 5 mois sur place. 

J’ai d’abord trouvé un poste au bassin de Penrith (Raft guide) pour 4 mois, ce qui est top ! Mais l’activité touristique est en baisse ici et cela ne me suffira pas. J’ai donc continué de chercher une fois sur place. Je suis coach pour la région New South Wales. Ce ne sont que des petites missions, mais les deux combinées me permettent d’avancer sereinement. 

J’ai acheté une voiture que je vendrai avant de partir. 

Je navigue régulièrement avec l’équipe d’Australie. Je suis coaché et filmé si je choisis de fonctionner et de partager avec ce groupe d’entrainement. 

La salle de musculation et celle d’escalade sont sur la route de la maison.

Plusieurs de mes collègues font également de la grimpe et du canyoning. Il me font découvrir les montagnes sous des angles vraiment magnifiques, de jour comme de nuit. 

Et si jamais il me reste de l’énergie après ça, il y en a toujours qui sont motivés pour un sport-co. Bref je ne m’arrête jamais…

 

En résumé ? 

Tout ça arrive maintenant parce que j’ai fais en sorte que ça se passe comme ça. On a tous envie de voyager, de rencontrer des gens, de s’entrainer au chaud, etc… Mais il faut prendre la décision de partir. 

Mon équilibre je le trouve comme ça. Quelque part entre l’aventure et la rigueur de l’entrainement. Entre « être sauvage » et tout planifier pour l’Olympiade à venir. 

Est-ce que tout ça peut échouer ? Oui et non.
Si la médaille Olympique n’est pas au bout, il restera l’aventure humaine. 

Et là je suis gagnant ;) 

 

Entrainez-vous bien, ça vaut le coup ! 

 

 

Consultez également
Dordogne paddle race

Dordogne paddle race

La section "paddle" du Vick a participé ce week-end du 20 et 21 octobre à la Dordogne Paddle...

JOHANNA AUGU
22 octobre 2018
Terence à l'honneur dans les médias !

Terence à l'honneur dans les médias !

Merci à la Nouvelle République, et particulièrement à Frédéric Launay, pour le très bel article...

ANTOINE DUBOST
17 octobre 2018
TERENCE SARAMANDIF EST CHAMPION OLYMPIQUE DE LA JEUNESSE

TERENCE SARAMANDIF EST CHAMPION OLYMPIQUE DE LA JEUNESSE

Après quatre courses menées de main de maître, épaulé par son coach Kilian Foulon et sa...

ANTOINE DUBOST
15 octobre 2018
Championnats de France des Clubs 2018 - 4ème place - Un club soudé !

Championnats de France des Clubs 2018 - 4ème place - Un club soudé !

Les 6 et 7 octobre ont eu lieu à Cesson-Sévigné (35) les championnats de France des clubs. Les...

ANTOINE DUBOST
7 octobre 2018
Le stage de rentrée à Saint-Pierre-de-Boeuf (42)

Le stage de rentrée à Saint-Pierre-de-Boeuf (42)

La semaine dernière, 13 jeunes sont partis avec Henri et Titouan à Saint-Pierre-de-Bœuf pour un...

TITOUAN PAPOT
27 août 2018
Thomas et Lucas en Tournée - Etapes 1 et 2

Thomas et Lucas en Tournée - Etapes 1 et 2

Nos jeunes lycéens profitent d'avoir terminé tôt les cours cette année pour aller courir sur les...

LAURINE NAVEAU
26 juin 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus